AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Cette gêne que causent les gènes [Finie] /!\ Pairecest/!\

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Azkadellia Elbereth
Proud Supporter of Pairecest ...


Nombre de messages : 330
Localisation : Au Pays de Candy.....♥ Comme dant tous les pays...
Date d'inscription : 21/08/2007

About me
Prenom: La curiosité est un vilain défaut
J'm: Gégé & Stu...
J'm pas: Face de rat*2 et Caitlin!!!

MessageSujet: Cette gêne que causent les gènes [Finie] /! Pairecest/!   Mer 12 Sep - 17:02

Cette gêne que causent les gènes.

Disclaimer ~> Les personnages de Heroes ne sont pas à moi et c'est bien dommage parce que je ferais moins de conneries que les scénaristes... Je ne touche pas d'argent pour cette fic et bla et bla et bla...

Spoiler ~> Toute la saison 1

Résumé ~> Peter et Nathan ont survécu. Il va falloir maintenant vivre avec des sentiments qui ne devraient pas exister…

Avertissement ~> Fic Pairecest, à vos risques et périls….

Note de l'auteur ~> J'ai vu les deux derniers épisodes de la saison 1 en Anglais non sous-titrés, donc si y'a de petites incohérence, excusez moi...


Peter était dans une chambre d’hôpital, il n’en avait pas besoin, mais sa mère avait tant insisté qu’il avait finit par céder. Il ne devait sa vie qu’à un miracle mais la seule chose qui le préoccupait pour le moment, c’était de savoir comment allait son frère qui se trouvait dans la chambre à coté de lui. Et dans un plus mauvais était que lui.
La porte de la chambre s’ouvrir et un médecin entra.

« Comment va Nathan ? demanda-t-il.
-On va vous faire passer un scanner et si tout va bien, on vous laissera sortir, dit le docteur comme s’il récitait un texte appris par cœur sans s’occuper de la question de son patient. Si vous nous disiez ce qui vous est arrivé, ça nous aiderait…
-Rien du tout. »

L’homme en blouse blanche grommela quelques mots dans sa barbe et quitta la chambre en pestant contre les malades qui occupent des chambres pour rien.
Dés qu’il fut seul, Peter repoussa les draps et se leva. Il commençait à en avoir assez qu’on l’enferme ici… Il allait bien, combien d’examens allait-il encore devoir subir avant qu’on le laisse en paix ? Oh, bien sur, le docteur avait parlé d’un dernier scanner, mais il savait qu’il y’avait toujours un risque pour qu’il y’ait encore autre chose … Et encore… Il s’avança vers la fenêtre et regarda la ville. New-York vivait, il était pourtant prés de 2 heures du matin mais c’était la ville qui ne dort jamais… Et qui n’était pas passé loin de la catastrophe sans même s’en rendre compte. Ils étaient heureux, inconscients que la fin les avait frôlé de très près… Trop près… Par sa faute. Mais non, tous allaient continuer à vivre comme si rien ne s’était passé… Tous sauf Nathan. Il avait tué son frère. Ce n’était pas encore sûr, mais il ne voulait pas se faire de faux espoirs.
On frappa à la porte, il ne répondit pas. Les docteurs ne s’attendaient pas à ce qu’il le fasse de toutes manières, ils entraient ici comme dans un moulin. Comme prévu, le bruit de la porte qui s’entrouvre se fit entendre. Il soupira, attendant l’inévitable « Monsieur Petrelli, rallongez vous immédiatement ! Vous êtes inconscient. » Il aurait été tout aussi simple de se recoucher mais il ne voulait pas être là, il voulait voir son frère et comme on l’en empêcher, il allait leur mener une vie d’enfer jusqu’à ce qu’on le laisse s’en aller.
Cependant, la voix qui parla n’avait rien de ce à quoi il s’attendait.

« Oh, excuse moi, je vu que tu répondais pas, j’ai cru que tu dormais… Je vais te laisser…
-Non, Claire. Reste. »

Il se retourna rapidement vers la jeune femme et lui sourit.

« Je ne pensais pas que ça serait toi. »

Elle lui rendit son sourire et entra dans la chambre.

« Comment ça va ? S’enquit-elle.
-Bien, grâce à toi… Mais je commence à en avoir assez d’être ici. J’ai l’impression qu’ils sont tellement déçus que je n’ai rien qu’ils me font des examens dans l’espoir de trouver quelques choses qui cloche. »

Il s’assit sur une chaise à coté du lit.

« Je présume que tu as déjà du connaître ce genre de situation…
-Oui, c’est dur de leur expliquer comment on peut avoir saigné sans qu’ils trouvent de plaie… J’ai même déjà eu pire. »

Elle s’installa sur le lit, les jambes se balançant dans le vide. Elle regardait Peter, il ne pouvait même pas imaginer à quel point elle était heureuse qu’il soit en vie… Et aussi combien elle avait été soulagée de ne pas avoir à lui tirer dessus. Elle ne pensait pas qu’elle aurait eu le courage d’aller jusqu’au bout.

« Eh oh, Claire, ça va ?
-Pardon, j’étais perdue dans mes pensées.
-J’ai vu ça… Qu’est-ce que tu entends par « j’ai même déjà eu pire » ?»

Elle n’avait pas très envie de remuer se souvenir, mais c’était elle qui avait lancé le sujet là-dessus, elle allait devoir répondre.

« Je me suis réveillé à la morgue… J’avais les cotes à l’air, prête pour me faire autopsier… »

Elle avait regardé ses mains pendant qu’elle parlait et elle sentit une boule se former dans sa gorge. Elle regrettait vraiment de s’être laissé emporté à devoir parler de ça. Elle sentit alors la main de Peter contre sa joue. Vu le geste qu’il faisait, elle en déduisit qu’elle s’était mise à pleurer.

‘Ma pauvre, tu es pitoyable.’

Elle repoussa la main de Peter et se releva.

« Je crois que je vais te laisser te reposer…
-Tu sais très bien que je n’en ai pas besoin mais…
-Il n’y a pas de mais, le coupa-t-elle. »

Elle quitta la chambre. Enfin, le verbe fuir conviendrait sans doute mieux vu la rapidité avec laquelle elle était partie. Et avec tout ça, Peter n’avait toujours pas de nouvelles de Nathan. Elle se débarrassa de la tenue qu’il portait et remit des habits plus habituels et quitta sa chambre à son tour, il saurait comment allait son frère… Et les médecins ferraient ce qu’ils leur plairaient, mais qu’ils ne comptent pas sur lui pour passer ENCORE des examens dont il n’avait pas besoin.
Il n’avait pas fait trois pas dans le couloir qu’une infirmière l’attrapa par le bras.

« Je peux savoir ce que vous faites ? Retournez immédiatement dans votre chambre, lui ordonna-t-elle. »

Il se dégagea d’un geste rapide.

« Non, je vais bien, merci pour les soins, au plaisir…
-Non mais oh, vous vous prenez pour un médecin ?
- Je suis infirmier quand même, argument-a-t-il. »

La femme leva les yeux au ciel et le laissa s’en aller, ce n’était pas son travail de retenir les patients contre leur volonté. Peter n’attendit même pas qu’elle soit hors de vue pour entrer dans la chambre voisine de la sienne. Il y trouva sa mère en larmes et Nathan allongé sur le lit, des tuyaux dans le nez et la bouche, toute une batterie de machines autour de lui. Quand sa mère le vit, elle se leva et le prit dans ses bras.

« Il aurait du laisser les choses se faire… »

Peter la repoussa en l’entendant dire de telles choses.

« Il a sauvé des milliers de vies !
-Et il a sacrifié la sienne ! Le monde a besoin de lui, dit madame Petrelli d’une voix froide. »

Elle ne pouvait accepter que son fils meure alors qu’il était promis à un si bel avenir. Elle se tourna vers son ainé avant de reporter son regard sur Peter.

« J’espère pour toi qu’il s’en sortira. »

Sa voix n'exprimait aucune émotion mais Peter savait que si Nathan venait à mourir, sa mère ne lui pardonnerait jamais. Son frère avait toujours était le préféré, il en avait été jaloux étant plus jeune mais maintenant, il s'y était fait. Il préféra ne pas répondre à sa mère, quoi qu'il dise, il serait en tord, alors autant se taire.
La porte de la chambre s'ouvrit et des bruits de pas se firent entendre. La personne portait sans doute des chaussures à talons. Ils se retournèrent vers elle d'un même mouvement et...

"Heidi?"

Peter avait assisté à pas mal d'évènement extraordinaire mais voir sa belle sœur marcher le surprenait. Madame Petrelli, au contraire semblait trouver ça tout fait normal. La femme leur demanda de la laisser seule avec son mari.

Une fois dans le couloir, Peter voulu savoir comment cela était possible, mais sa mère éluda sa question.

"Où est Claire? Elle était censée venir te voir...
-Elle est venue, répondit Peter. Mais elle..."

Il ne sut comment finir sa phrase, le comportement de Claire n'était pas explicable. Il vit sa mère lever les yeux au ciel.

"Il faut la retrouver, déjà que son Mr Bennet n'était pas enchanté à l'idée qu'elle vienne ici, je doute qu'il apprécie qu'on la perde..."

Il hocha la tête. Ce n'est pas la réaction de Mr Bennet qui l'inquiétait mais plutôt Claire. Elle n'avait vraiment pas l'air bien en quittant sa chambre.

"Je vais la chercher dans..., commença-t-il.
-Non! Le coupa sa mère. Tu as fait assez de dégâts comme ça, rentre chez toi."

Elle lui tourna le dos, le laissant planté au milieu du couloir sans lui donner la chance de pouvoir répliquer. Il hésita un instant puis se résolu à lui obéir, il ne pouvait pas lui être vraiment utile, il ne retrouvait pas les gens lui... Il n'avait pas été assez proche de Molly pour assimiler le pouvoir de la petite fille. Il prit un taxi mais au lieu de rentrer chez lui, il se rendit chez son frère. Il savait que Claire et son père y vivait pour un temps et c'était là bas qu'il avait le plus de chance de revoir une dernière fois sa... sa nièce. Il avait encore du mal à la considérer comme telle. A moins qu'il n'en ai juste pas envie. Il aurait préféré qu'elle ne soit qu'une parfaite étrangère... Il chassa cette idée de son esprit, les choses étaient comme ça et y penser n'y changerait rien... Il n'avait pas non plus ce pouvoir...
La grande maison était déserte, pas le moindre bruit nulle part. Il se rendit dans le jardin, en passant dans le couloir, il ouvrit un tiroir. Celui là même duquel il avait tiré l'arme qu'il avait donné à Claire pour qu'elle... Qu'elle fasse en sorte qu'il ne soit plus un danger pour personne. Le revolver était revenu à sa place originelle. Il l'effleura du bout des doigts avant de refermer le tiroir d'un geste sec. Il regarda ses mains, il avait maintenant peur à chaque excès de colère qu'il puisse exploser... Au sens littéral du terme...
Une fois dans le jardin, il s'assit sur les marches qui descendaient vers la partie inférieure du jardin et il pensa. Il rêver d'un autre monde... Un monde où il n'aurait jamais eu ce pouvoir de destruction, un monde où Nathan irait bien... Un monde où Claire n'était pas sa nièce...
Il ne sait combien d'heure s'écroulèrent, combien de temps il passa à imaginer un monde qui n'existerait jamais mais quand il reprit pied avec la réalité, il sentit une présence à ses cotés. Il n'eut pas besoin de se retourner pour savoir qui elle était. Il était capable de reconnaitre son parfum. Pathétique...

"Je suis désolée pour ce qui c'est passé à l'hôpital.
-T'en fais pas pour ça, la rassura-t-il sans la regarder. Il est certaine chose dont il vaut mieux ne pas parler."

Elle hocha la tête même s'il ne pouvait pas la voir vu que ses yeux semblaient fixer un point invisible droit devant lui. Comme il s'entêtait à faire comme s'il ne voulait pas lui parler, Claire se résolu à faire ce pourquoi elle était venue, pour elle, c'était la dernière fois qu'elle le voyait...

"J'étais juste venue te dire au revoir, on repart demain...
-Déjà, mais vous venez d'arriver!"

Il avait enfin tourné la tête vers elle.

"Je dois retourner au lycée, la vie continue... Malgré tout..."

Après l'explosion, Claire et Mr Bennet était reparti pour Odessa, les choses n'étaient plus comme avant mais ils se donnaient beaucoup de mal pour sauver les apparences. Ils n’étaient revenus que grâce à Claire qui avait voulu savoir comment allaient Peter et Nathan mais c’était à prévoir qu’ils ne resteraient pas longtemps…
Elle voulu se relever mais il la retint par le bras.

"C'est vraiment ce que tu veux?
-Non, dit-elle en se dégageant de sa poigne. Mais c'est pas comme si j'avais le choix."

Il la laissa partir. Il n'avait pas le droit de la retenir encore, pourtant, ce n'est pas l'envie qui lui en manquait... Il se répéta pour la millième fois en quelques jours "C'est ma nièce...". Et ce fut aussi inefficace que les neuf cent quatre-vingt dix neuf fois précédentes. Il s'apprêtait à retourner dans son petit monde imaginaire, mais elle l'en empêcha.

"Au fait, Nathan a repris connaissance, les médecins disent qu'ils mettra du temps avant d'être complètement remis mais il s'en sortira..."

Cette nouvelle le rassura, même s'il avait un peu oublié son frère avec la présence de Claire à ses cotés, il n'en restait pas moins très inquiet. Il avait un peu tendance à oublier pas mal de choses quand elle était prés de lui. Etre troublé pas une adolescente de 17 ans, sa nièce de surcroit, il aurait du être mort de honte... Mais c'était loin d'être le cas. Il ne savait pas qui elle était la première fois qu'il l'avait vu, il ne pouvait pas deviner le lien de parenté qui les unissait... Bien que fondamentalement, ça ne changeait rien à son âge... Peu importe, il demandait juste qu'on le laisser rêver. Encore un peu. La réalité lui déplaisait trop pour le moment, avec le temps ça passerait... Peut être... Au pire, il apprendrait à vivre avec.

"Peter! L'interpella-t-elle."

Il sursauta, il croyait qu'elle était partie. Mais qu'est-ce qu'elle attendait, elle ne se rendait donc pas compte de l'état dans lequel elle le mettait. Il se prit la tête entre ses mains et reposa ses coudes sur ses genoux, espérant qu'elle allait s'en aller.

"C'est peut-être la dernière fois qu'on se voit et ça ne te fait rien?"

Il redressa sa tête. Mais qu'est-ce qu'elle racontait? Ils seraient forcément amenés à se revoir. C'était inévitable. Il perçu un sanglot et fut obligé de la regarder, l'idée qu'elle pleure, à cause de lui en plus, lui était insupportable. Ils se dévisagèrent quelques secondes sans qu'aucun d'eux ne fasse un geste vers l'autre.
Il aurait voulu la consoler, la prendre dans ses bras, lui dire que tout irait bien mais il resta immobile, la regardant une nouvelle fois s'éloigner de lui.
Décidément, il était vraiment mieux dans son petit monde imaginaire. La nuit commençait à se faire fraîche mais il ne rentra pas de suite. Il ne voulait pas la croiser, c'était plus dur à chaque fois...

A suivre...

_________________

"Peter Petrelli is the only person I know that I can trust. He cares about me"



Dernière édition par le Sam 13 Oct - 17:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Peter&Claire



Nombre de messages : 7
Date d'inscription : 27/08/2007

MessageSujet: Re: Cette gêne que causent les gènes [Finie] /!\ Pairecest/!\   Dim 16 Sep - 16:52

J'addddoooore la suiiiite vite j'aime trop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azkadellia Elbereth
Proud Supporter of Pairecest ...


Nombre de messages : 330
Localisation : Au Pays de Candy.....♥ Comme dant tous les pays...
Date d'inscription : 21/08/2007

About me
Prenom: La curiosité est un vilain défaut
J'm: Gégé & Stu...
J'm pas: Face de rat*2 et Caitlin!!!

MessageSujet: Re: Cette gêne que causent les gènes [Finie] /!\ Pairecest/!\   Mar 18 Sep - 21:22

Merchi beaucoup!! Voilà la suite :

Peter tournait encore et encore dans son lit. Il courait après un sommeil qui le fuyait. Il voulait dormir c'était une solution assez efficace pour ne plus penser à... sa nièce... Non, non, jamais il ne pourrait la considérer comme telle. Claire serait toujours Claire. La cheerleader qu'il devait sauver... La cheerleader qui l'avait sauvé aussi...
Doucement, ses paupières se fermèrent et il partit vers le pays des songes.

Leurs corps étaient entrelacés, se rapprochant et s'éloignant au rythme de leur respiration. Ils venaient de faire une chose que jamais un oncle et sa nièce n'auraient du se permettre. Et pourtant ça n'avait pas eu d'importance quand il l'avait sentit frémir sous ses caresses. Ils en avaient envie tous les deux alors ils s'étaient laissé aller. Il s'allongea à coté d'elle et elle déposa sa tête contre son torse.
Peter réalisa que Claire n'était plus vraiment la même sans être totalement différente. Elle avait changé mais pour lui, elle serait toujours sa Claire.


Peter se réveilla en sursaut, il était en nage et avait le souffle court. Ce rêve lui avait fait beaucoup d'effet, surtout au niveau d'une certaine partie de son anatomie. Il allait devoir prendre une douche froide. Il se dirigea vers la salle de bain et laissa l'eau froide glisser le long de son corps pour l'apaiser.
Il posa son front contre la paroi froide de la douche. Sa respiration était redevenue à peut près normale mais elle se remballa quand il lui vint à l’esprit que parfois ses rêves se réalisaient… Il dégluti difficilement, il donnerait cher pour connaître au moins une fois la douceur des lèvres de Claire. Mais il était conscient que leur lien de famille soit le seul obstacle entre eux. Rien ne lui disait qu’en d’autres circonstances, elle aurait voulu de lui. Il coupa l’eau et enroula une serviette de bain autour de sa taille. Il détailla le reflet qui lui renvoyait le miroir et n’y vit rien qui pourrait attirer une jeune fille de dix ans sa cadette… Sa nièce en plus. Son poing gauche alla fracasser le miroir qui se brisa en son milieu et des petits bouts se détachèrent pour finir leur course dans le lavabo. Les écorchures se refermèrent d’elles même pendant qu’il faisait en sorte de garder le contrôle de ses émotions. Le pouvoir de Ted semblait directement lié à ses sentiments et la colère n’était pas bonne conseillère, dans ce cas, encore moins qu’en temps normal. Expiration. Inspiration. Après un dernier regard pour son reflet déformé que lui renvoyé le miroir brisé, il regagna son lit mais il était incapable de trouvé le sommeil.
Il tournait et retournait encore et encore. Les images de son rêve le hantaient. Il avait chaud sans que la température extérieure ne soit en rien responsable de son état. Il allait devoir se reprendre s’il ne voulait pas être obligé de se reprendre une douche froide. Penser à autre chose que Claire, ça ne devait quand même pas être infaisable… Sa mère! Radical et efficace. Sa mère qu'il ne comprenait pas. Cette mère qui d'une main rapprochait ses fils pour mieux créer une distance de l'autre. Cette mère qui aurait été capable de laisser la moitié de la ville être anéantie pour... Pour la gloire de Nathan... Nathan! Il irait le voir demain à l'hôpital. Claire avait dit qu'il... Claire! C'était trop beau qu'il n'y pense plus! Il ne maîtrisait pas le cours de ses pensées et se sentait impuissant. Il sentait la colère reprendre le contrôle sur lui. Allongé sur le dos, il prit de grandes inspirations pour tenter de se calmer mais rien n’y fit, ses mains commençaient déjà à irradier. Il était en train de perdre, sa respiration se fit de plus en plus saccadée, si ça continuer, il allait exploser. Cette fois ci, Nathan ne serait pas là pour empêcher le drame. Tout aurait été fait en vain. Certaines choses doivent arriver et on a beau lutter de toute ses forces pour les empêcher on échoue toujours. Il refusait de renoncer aussi vite, il refuser de tuer des millions de personnes, il … Il cria, il l’appela, elle était la seule qui selon lui pouvait changer les choses.

« CLAIRE !!! »


*****



La jeune cheerleader avait eu du mal à s’endormir. Elle avait hâte de partir, ne voulant plus jamais revenir à New York et voir l moins possible la famille Petrelli. Au début ça lui avait parut être une bonne chose de faire la connaissance de sa famille biologique mais le résultat était plutôt décevant. Malgré son sursaut d’humanité, Claire n’avait pas une très bonne opinion de Nathan et c’était pas beaucoup mieux en ce qui concernait sa grand-mère. Le seul avec qui ça passait bien, c’était Peter … Voire même trop bien. Elle avait parfois même du mal à croire qu’il puisse être le frère de son père tant ils étaient différents tous les deux. Elle aurait bien aimé qu’il ne soit pas son oncle, mais elle n’avait pas le choix et c’était pour ça qu’il valait mieux qu’elle ne le revoit pas…
Elle avait fini par trouver le sommeil. Un sommeil agité et qui n’avait rien de reposant.

Elle courait. Elle devait lui échapper coûte que coûte ! Il allait la tuer, elle le savait. Elle redoubla d’énergie pour tenter de le distancer mais il gagnait du terrain, elle entendait ses pas se faire de plus en plus proche. Elle tourna à droite dans l’espoir de le surprendre mais il semblait anticiper le moindre de ses changements, la moindre de ses décisions. Quoi qu’elle fasse, elle était perdue. Il était plus fort qu’elle, elle n’avait aucune chance. Pourtant, elle refusait d’abandonner aussi facilement. Peut être que si elle réussissait à rester en vie assez longtemps, IL viendrait la sauver une fois encore. C’était sa seule issue de secours, croire en LUI. Elle tourna une nouvelle fois et s’engagea dans un long couloir bordé de casier à droite. Sur la gauche, s’étalait des peintures, des dessins. Ils ressemblaient à ceux que Peter lui avait montré, notamment celui avec Ted. Elle n’avait cependant pas le temps de s’attarder pour admirer le décor, derrière elle, Sylar avait encore réduit l’espace entre eux. Elle voulait appeler à l’aide mais sa gorge était trop sèche, elle ne pouvait que courir, ne surtout pas s’arrêter de courir. Elle discerna une voix crier son nom.

Claire sortit de son cauchemar. La voix se fit à nouveau entendre, criant son nom. C’était Peter. Elle repoussa les couvertures d’un geste et se dirigea vers ce qu’elle pensait être m’origine de l’appel. Elle arriva devant une porte fermée quand il prononça son prénom pour la troisième fois, plus doucement cette fois. Elle poussa la porte et le vit sur son lit en train de devenir une bombe humaine. Pour l’instant, seules ses mains seules ses mains étaient inquiétantes, ça ne durerait pas longtemps. Elle le regarda, cherchant une solution pur l’arrêter mais n’en trouvant aucune qui soit réalisable. Malgré son pouvoir qui la rendait presque immortelle, elle était désemparée, elle n’avait que la capacité de lui survivre, pas celle de le stopper. Il voulut se lever, à peine sortit de son lit, il tomba à genoux. Il arrivait tan bien que mal à se contenir mais c’était de plus en plus difficile, il allait bientôt craquer, il le sentait.

« Claire… » sa voix n’était plus qu’un murmure mais elle suffit à faire bouger la jeune fille qui était comme figée depuis qu’elle était entrée dans la pièce.

Elle s’approcha et s’agenouilla face à lui. Elle souleva légèrement le débardeur qu’elle portait puis prenant les mains de Peter dans les siennes, elle les posa sur ses hanches, à l’endroit où la peau était découverte. Elle l’enlaça ensuite, le serrant contre elle de toutes ses forces. Elle ne savait pas ce qu’elle faisait ni si ça marcherait, elle se contentait de suivre son instinct en priant pour qu’il n’explose pas. Ici, ça serait encore plus catastrophique qu’en centre ville. Là-bas, il y’avait beaucoup de bureau qui étaient vides au moment de l’explosion. Certes, il y’aurait eu beaucoup de victimes, mais là, au cœur d’un quartier résidentiel, se nombre pouvait facilement être multiplié par deux et peut être même trois. Ils faisaient nuit, les gens étaient chez eux, tranquillement en train de dormir.
Les mains de Peter la brûlaient, avec la même sensation désagréable que lorsqu’elle avait du s’approcher de Ted pour le rendre inoffensif. Elle donnerait cher pour avoir la même seringue et s’en servir sur Peter.
Une nouvelle personne arriva, Monsieur Bennet. Il n’y avait qu’eux trois dans la maison, Angela et Heidi étaient restées au chevet de Nathan à l’hôpital et les garçons dormaient chez des amis. Il compris ce qui se passait et voulu éloigner sa fille de ce danger public mais elle l’en empêcha d’un simple regard. Elle ne laisserait pas Petre, même si sa vie était en jeu. Elle n’avait pas peur pour elle, elle savait qu’elle ne risquait rien et même si ça n’avait pas été le cas, elle serait restée avec lui. Elle lui parlait doucement, tentant de l’apaiser comme elle le pouvait. Il ne saisissait pas tout ce qu’elle disait mais le son de sa voix suffisait à le rassurer. Elle était là, tout se passerait bien. Tan qu’elle serait auprès de lui, rien de mal ne pourrait passer. Elle était son phare dans les ténèbres, sa bouée de sauvetage, celle vers qui il pourrait toujours se tourner quoi qu’il arrive. Il resserra ses mains sur ses hanches. Il voulait se fondre en elle et qu’ils ne fassent plus qu’un seul corps. Elle était l’autre moitié de son âme. Elle était celle… Il devait se détacher d’elle, rompre cette dépendance le plus vite possible. Partir loin ! Fuir ! La fuir, fuir le monde, fuir tous ces gens qui risquaient leur vie par le simple fait d’être dans la même ville qui lui.
Simple spectateur de la scène, Noah Bennet fut le premier à voir que le danger reculait. La lumière presque rouge qui entourait Peter et Claire se faisait moins éclatante. Au fur et à mesure qu’elle déclinait, le risque d’explosion diminuait aussi. Il n’y eu bientôt plus de lumière du tout. Peter était vidé, il s’évanouit sur le sol. Avec l’aide de son père, Claire le recoucha sur son lit. Les joues de la jeunes fille se tintèrent légèrement de rouge quand elle prit conscience de la tenue, ou plutôt de la non-tenue dans laquelle était Peter, une serviette de bain lui entoura la taille et rien d’autre. Elle trouva ça étrange mais elle n’était plus à une bizarrerie de plus ou de moins. Après tout, il était libre de dormir comme bon lui semble.
Monsieur Bennet pris sa fille par le coude et la traîna hors de cette chambre. Il grommela dans sa barbe quelque chose qui ressemblait à un « vivement qu’on quitte cette ville ». Ni l’un ni l’autre ne furent capable de retrouver le sommeil cette nuit là. L’angoisse que Peter leur causait était plus forte que leur fatigue. Ils auraient tout le temps de rattraper leurs heures de sommeils perdus dans l’avion qui les ramènerait chez eux.

A suivre...

_________________

"Peter Petrelli is the only person I know that I can trust. He cares about me"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kazy
HaL♂ F♀ReVeR !!!


Nombre de messages : 173
Age : 27
Date d'inscription : 13/09/2007

About me
Prenom: Aurore
J'm: les séries , faire des créas ..
J'm pas: euh ...

MessageSujet: Re: Cette gêne que causent les gènes [Finie] /!\ Pairecest/!\   Jeu 20 Sep - 1:28

Whaou !!!!!!!!! Super fanfiction !!

Tu a un super talent !! tu devrais en faire un livre ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://oror07gallery.skyblog.com
Azkadellia Elbereth
Proud Supporter of Pairecest ...


Nombre de messages : 330
Localisation : Au Pays de Candy.....♥ Comme dant tous les pays...
Date d'inscription : 21/08/2007

About me
Prenom: La curiosité est un vilain défaut
J'm: Gégé & Stu...
J'm pas: Face de rat*2 et Caitlin!!!

MessageSujet: Re: Cette gêne que causent les gènes [Finie] /!\ Pairecest/!\   Ven 21 Sep - 20:45

Merci beaucoup Kazy, c'est gentil *rougis comme une tomate*!!!

Voilà la suite :

Claire prenait son petit déjeuner seule. Son père avait déjà finit et il vérifiait bien qu’il n’avait rien oublié quant à Peter, il dormait encore. Elle revivait les événements de la nuit précédente, ils avaient eu beaucoup de chance que ça ne tourne pas au drame. Elle avait tenté le tout pour le tout et par miracle, cela avait donné un bon résultat mais les miracles ne se répètent pas à l’infini. La dernière fois, Nathan avait été là, cette fois, c’était elle, un jour il n’y aurait personne… Et il y aurait plus des dégâts plus importants que la mort d’un pyjama. En effet, le débardeur et le pantalon avec les quels elle dormait étaient complètement foutus mais ça ce n’était que secondaire pour elle. Malheureusement pas pour son père, il n’y voyait qu’une preuve supplémentaire du fait qu’il valait mieux garder sa fille loin des Petrelli. Si ça n’avait tenu qu’à elle, Claire serait restée aussi longtemps que nécessaire mais son père adoptif n’entendait pas les choses de cette manière. Dans un petit peu moins de trois heures, ils s’en iraient avec l’espoir pour lui de ne jamais revenir. Ils feraient un bref détour par l’hôpital parce que la jeune fille l’avait supplié mais il était hors de question qu’ils s’éternisent, ils risquaient de rater l’avion.
Claire tournait distraitement sa cuillère dans son bol réduisant en bouillie ses céréales quand Peter vint la rejoindre.

« Comment tu sens ? S’inquiéta-t-elle.
- Pas trop mal… Grâce à toi. Merci. »

Il avait l’air fatigué, il s’assit sur une chaise et attrapa la cafetière.

« Claire… »

Il hésita, cherchant ses mots, il ne savait pas comment amener la conversation qu’il voulait avoir avec elle. Il prit une gorgée de café, peut-être qu’une fois mieux réveiller, ça serait plus facile. Elle attendait qu’il se décide à continuer, s’attendant au pire. Elle avait du mal à imaginer que quelque chose de bien puisse arriver, les mauvaises nouvelles avaient été trop nombreuses ces derniers temps pour qu’il puisse en sortir quelque chose de bon. On finit par s’y habituer, voilà toute la banalité du mal.
Peter reprit enfin la parole.

« Pourquoi tu as dit qu’on ne se reverrait peut-être pas ? On se reverra forcément, on est de la même… »

Il ne put terminer sa phrase. Il ne voulait pas que cette raison soit la seule qui les « oblige » à se revoir. Surtout qu'avec ce qui c'était passé la nuit précédente, il n'avait pas l'intention de s'éterniser dans les endroits habités... Mais il ne pouvait pas imaginer ne pas la revoir.

« …famille » conclut Claire à sa place. « C’est bien ça le problème. »

Peter fut décontenancé par cette remarque. Certes, lui aussi trouvait ça problématique qu’ils soient de la même famille mais il avait ses raisons qu’il ne dévoilerait sans doute pas à la jeune fille. Par contre, il voulait savoir pourquoi elle, elle le pensait.

"En quoi c'est un problème?"

Sa voix ne cachait rien de sa déception, a défaut de pouvoir l'aimer comme il le voulait, il était quand même heureux qu'il y'ait un lien entre eux.
Elle but une gorgée de jus d'orange comme si elle cherchait à gagner du temps avant de lui répondre.

"Tu te souviens de notre première rencontre? demanda-t-elle.
-Bien sur, c'est dur de l'oublier, répondit-il sans comprendre où elle voulait en venir.
-Non, je ne parle pas de Sylar et du fait qu'on ai du fuir, le détrompa-t-elle. Je veux dire... Devant la vitrine des trophées...
-Je parlais de ça aussi Claire.
-J'ai détesté Jackie à cet instant... J'étais jalouse parce qu'elle semblait t'intéresser alors que... Ce n’est pas juste, je ne savais pas que tu étais mon oncle..."

Peter voyait de moins en moins le lien avec sa question. Bien sur qu'il s'était intéressé à Jackie, comment cela aurait-il pu en être autrement? Il croyait qu'il devait la sauver. Pourtant, sa mission lui était apparue secondaire quand il avait parlé avec Claire. Il avait eu la tentation de laisser tomber de continuer leur conversation mais son sens du devoir avait été plus fort. Il avait été rarement aussi soulagé quand il s'était rendu compte qu'elle ne risquait rien... Et quand elle était venue le voir le lendemain il avait ressentit des sensations qu'il ne pensait pas connaitre de nouveau. Elle était là, il l'avait sauvé... Pas Jackie, mais elle! Et il savait que si Jackie avait été celle qu'il devait sauver, il aurait fait en sorte de revoir Claire parce que... Parce qu'il en avait envie. Puis il avait appris qu'elle était la fille de Nathan, il avait fait comme si ça n'avait pas d'importance et au fond de lui, il avait détesté son frère de toutes ses forces. Claire était revenue vers lui sans savoir qui il était vraiment, tout aurait été tellement simple si elle avait été une parfaite étrangère. Avec toutes les femmes qui peuplaient cette bonne vieille terre, il avait fallu qu'il s'entiche de sa nièce.
En attendant, Claire avait bien tourné autour du pot mais n’avait pas répondu à sa question. Il prit une des mains de la jeune fille entre les siennes.

« Pourquoi est-ce un problème qu’on soit de la même famille » demanda-t-il très calmement, détachant chaque mot.

Elle chercha à dégager sa main mais il la retenait fermement. Il ne la laisserait pas s’en tirer aussi facilement.

« Pourquoi est-ce un problème qu’on soit de la même famille » répéta-t-il une nouvelle fois. Son ton était toujours posé.

Elle tira un peu plus fort sur sa main pour se libérer, il augmenta la pression qu’il exerçait. Elle comprit qu’il ne la laisserait pas partir tan qu’elle ne lui aurait pas donné de réponse. Devait-elle lui mentir ? A quoi bon puisqu’elle comptait bien ne jamais le revoir. Elle poussa un soupir de résignation.

« Je t’aime… Et pas comme une nièce doit aimer son oncle… »

De surprise, il l’a lâcha. Il n’y avait que deux solutions possible pour lui. Soit elle savait ce qu’il ressentait et elle en jouait, soit il avait mal entendu, trop perdu dans ses délires. Et pourtant, vu ce qu’elle avait dit, ça ne semblait pas aussi illogique que ça comme réponse.
Elle se leva, délaissant sans remords son petit déjeuner, de toutes façons, elle était bien incapable de manger quoi que se soit après l’aveu qu’elle venait de faire. Et surtout…. Surtout, elle ne voulait pas voir la réaction de Peter quand il se rendrait compte de ce qu’elle venait de lui confier. Elle allait quitter la pièce quand il l’interpella.

« Claire ! »

Elle s’arrêta mais resta dos à lui.

« Je t’aime… Et pas comme un oncle doit aimer sa nièce. »

Elle se mordit la lèvre pour ne pas pleurer et continua de lui tourner le dos.

« Tu comprends alors qu’on ne se reverra pas. Adieux Peter. »

Elle s’en alla, pour de bon cette fois. Elle était déjà loin quand il dit :

« Au revoir Claire, ce n’est qu’un au revoir… »

Il ne pouvait pas lui dire adieux aussi facilement…

A suivre…

_________________

"Peter Petrelli is the only person I know that I can trust. He cares about me"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fly'
Heroes & Paire Addict - milo & Hayden fan - Yattaa Powaaa


Nombre de messages : 104
Date d'inscription : 21/08/2007

About me
Prenom: Secret
J'm: Heroes
J'm pas: ...

MessageSujet: Re: Cette gêne que causent les gènes [Finie] /!\ Pairecest/!\   Dim 23 Sep - 21:34

la suite, c'est possible?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kazy
HaL♂ F♀ReVeR !!!


Nombre de messages : 173
Age : 27
Date d'inscription : 13/09/2007

About me
Prenom: Aurore
J'm: les séries , faire des créas ..
J'm pas: euh ...

MessageSujet: Re: Cette gêne que causent les gènes [Finie] /!\ Pairecest/!\   Lun 24 Sep - 15:29

Je suis impatiente de lire la suite !!! Bravo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://oror07gallery.skyblog.com
Azkadellia Elbereth
Proud Supporter of Pairecest ...


Nombre de messages : 330
Localisation : Au Pays de Candy.....♥ Comme dant tous les pays...
Date d'inscription : 21/08/2007

About me
Prenom: La curiosité est un vilain défaut
J'm: Gégé & Stu...
J'm pas: Face de rat*2 et Caitlin!!!

MessageSujet: Re: Cette gêne que causent les gènes [Finie] /!\ Pairecest/!\   Lun 24 Sep - 17:52

Merci beaucoup I love you

Bien sur que la suite est possible, la voilà :

Peter se sentait las, sa journée avait été très longue. Il mit une main sur son front comme s’il avait mal à la tête puis s’allongea sur son lit de fortune. De la paille recouvert d’un drap de lin, il était logé à la même enseigne que tout le monde, pas de traitement de faveur. Il voulait se fondre dans la masse, n’être qu’un parmi tan d’autre. On frappa à sa porte, encore, il n’était pas prêt de pouvoir dormir. Il se releva et ouvrit. Un petit gamin d’une dizaine d’années criait en faisant de grands signes. L’enfant prit la main de Peter dans la sienne et l’entraina à sa suite.

« Kouassi, attend... »

Mais l’enfant ne l’écoutait pas. Il le conduisit devant une petite hutte du village, de l’intérieur provenait des cris de douleur. La doyenne vient à sa rencontre.

« Te voilà, ma fille va accoucher. »

Peter espérait que ça irait vite, il voulait un peu de calme et rester toute la nuit à attendre la naissance d’un enfant était certes très louable mais pas dans ses projets. Il entra et puis constater à son grand soulagement que le travail était déjà bien commencé, en se débrouillant bien, dans moins d’une heure il aurait finit. Mais bien sur, c’est toujours quand on est pressé qu’un problème arrive, il aurait du s’en douter, si tout avait été aussi simple qu’il l’avait cru, on l’aurait pas fait venir. Ce ne fut que quatre heure plus tard qu’une petite fille vu le jour.
La vue de la mère serrant contre elle son petit bébé qui venait de naître réchauffa le cœur de Peter et lui fit oublier qu’il venait de passer les heures les plus longues de sa vie.

« Comment tu vas l’appeler ? demanda-t-il à la jeune maman.
-Je ne sais pas... Choisit pour moi. »

Elle était jeune, sans doute pas plus de vingt ans. Peter savait que cet enfant n’avait pas été désiré et que s’ils en avaient eu les moyens, elle aurait sans doute avorté. Maintenant que le bébé était là, la mère semblait en être heureuse, il ne pouvait que souhaiter que ça dure.

« Ce n’est pas à moi de le choisir mais... »

Non, il n’allait pas oser. Cela ne se faisait pas de ...

« Que penses-tu de Claire ? proposa-t-il. »

La mère regarda sa fille et lui dit.

« Claire ? Ça te plait de t’appeler comme ça ? »

L’enfant poussa un petit gazouillis que sa mère interpréta comme un oui.
Il y croyait à peine. Il avait osé ! Heureusement que toutes les mères qu’il avait aidé à accoucher ne lui avait pas demandé son avis sinon le nombre de Claire aurait bizarrement augmenté dans la région.

« Je vais me coucher, je pars demain. »

Il avait attendu le dernier moment pour le leur dire. A chaque fois, les gens essayaient de le retenir mais il ne pouvait s’attarder trop au même endroit. Rester, cela signifier prendre le risque d’être retrouvé.
Il vit des mines déconfites à l’annonce de son départ mais persista dans son idée, il devait s’en aller. Il quitta la hutte pour regagner la sienne, il avait fait tout ce qu’il pouvait ici, il devait passer à un autre village. Il s’allongea sur son lit de fortune et s’endormit rapidement. Il rêva.

Leurs corps étaient entrelacés, se rapprochant et s'éloignant au rythme de leur respiration. Ils venaient de faire une chose que jamais un oncle et sa nièce n'auraient du se permettre. Et pourtant ça n'avait pas eu d'importance quand il l'avait sentit frémir sous ses caresses. Ils en avaient envie tous les deux alors ils s'étaient laissé aller. Il s'allongea à coté d'elle et elle déposa sa tête contre son torse.
Peter réalisa que Claire n'était plus vraiment la même sans être totalement différente. Elle avait changé mais pour lui, elle serait toujours sa Claire.


Encore ce rêve. Quatre ans qu’il le poursuivait sans relâche, il pouvait fuir Nathan, les gens, sa mère, mais il ne pouvait pas fuir ce rêve. Il aurait sans doute du choisir un autre nom pour la petite fille... Quatre ans déjà, il ne lui semblait pas qu’autant de temps s’était écoulé depuis ce jour où elle avait dit qu’elle l’aimait... et qu’il l’avait vu pour la dernière fois.
Peu après le départ de Claire et son père, lui aussi était partit, s’en tenant à sa résolution de quitter les endroits trop habités, pour réduire le danger de tuer. Ne sachant pas où aller, il avait opté pour l’Afrique. Là bas, il se disait qu’il pourrait aider des gens et il y’avait assez d’espaces inhabités pour qu’il ne fasse pas trop de dégâts en cas de nouvelle explosion. Il n’avait prévenu personne, n’avait prit que le stricte minimum, et n’avait eu de contact avec personne depuis lors.
Au début, il vivait seul, évitant au maximum les villages. Cette errance dura 314 jours durant les quels il réussit à acquérir la maitrise de ses pouvoirs. Il ne croisait que de rares touaregs et ça lui suffisait pour vivre. Puis, il réalisa qu’avec ses connaissances en médecine, il pouvait aider les gens. Ce ne fut pas facile, il dut se familiariser avec les différents dialectes qu’il rencontrait mais ils avaient tous des bases communes, une fois qu’on en connaissait un, les autres venaient plus facilement et certains habitants parlaient un anglais approximatif mais compréhensible. Il allait dans de petits villages qui n’avait aucune notions d’hygiène ou de médecine, il faisait en sorte de leur enseigner quelques point fondamentaux puis lorsqu’il jugeait qu’ils pouvaient continuait à vivre sans lui, il partait. La plus part du temps, les villageois ne voyait pas son départ comme une bonne chose mais personne n’avait encore pu le convaincre de rester.
Il faisait le bien autour de lui, à défaut d’autre chose, ça lui occupait l’esprit et il avait l’impression de se faire pardonner pour le mal qu’il aurait pu faire.
Quatre ans déjà... Quatre ans sans la voir. Quatre ans à faire le même rêve de façon récurrente. Quatre ans à se demander si ce rêve faisait partit de ceux qui se réalisaient.
Il se leva et alla se passer de l’eau sur le visage. Une petite bassine était à sa disposition, le village n’avait pas l’eau courante, comme beaucoup d’autres ici.
Dans la lumière de l’aube qui éclairait la pièce, l’eau lui renvoyait son reflet. Il avait changé. Le soleil d’Afrique avait doré sa peau, ses cheveux étaient plus courts, pour des raisons pratiques plus qu’esthétiques et ses yeux étaient toujours emplis d’une sorte de mélancolie.
Il passa des habits légers mais couvrant afin de se protéger du soleil s’apprêta à filer comme un voleur. C’est alors que le petit Kouassi qui était venu le chercher la veille au soir fit son apparition.

« Une dame blanche est venue pour te voir, dit l’enfant dans un anglais hésitant. »

Peter fronça les sourcils se demandant qui pouvait être cette femme. Sans doute un membre d’une association humanitaire, il commençait à avoir une réputation dans la région et à plusieurs reprise, des organisations lui avait proposé de les rejoindre mais il préférait être seul.

A suivre....

_________________

"Peter Petrelli is the only person I know that I can trust. He cares about me"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kazy
HaL♂ F♀ReVeR !!!


Nombre de messages : 173
Age : 27
Date d'inscription : 13/09/2007

About me
Prenom: Aurore
J'm: les séries , faire des créas ..
J'm pas: euh ...

MessageSujet: Re: Cette gêne que causent les gènes [Finie] /!\ Pairecest/!\   Lun 24 Sep - 18:03

Super !!! J'attend la suite ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://oror07gallery.skyblog.com
Azkadellia Elbereth
Proud Supporter of Pairecest ...


Nombre de messages : 330
Localisation : Au Pays de Candy.....♥ Comme dant tous les pays...
Date d'inscription : 21/08/2007

About me
Prenom: La curiosité est un vilain défaut
J'm: Gégé & Stu...
J'm pas: Face de rat*2 et Caitlin!!!

MessageSujet: Re: Cette gêne que causent les gènes [Finie] /!\ Pairecest/!\   Lun 24 Sep - 18:03

Merci beaucoup Miss I love you
La suite trés bientot promis Wink

_________________

"Peter Petrelli is the only person I know that I can trust. He cares about me"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kazy
HaL♂ F♀ReVeR !!!


Nombre de messages : 173
Age : 27
Date d'inscription : 13/09/2007

About me
Prenom: Aurore
J'm: les séries , faire des créas ..
J'm pas: euh ...

MessageSujet: Re: Cette gêne que causent les gènes [Finie] /!\ Pairecest/!\   Lun 24 Sep - 18:13

"la dame blanche" ne serait pas claire par hasard ^^

J'ai bien aimé le "Heureusement que toutes les mères qu’il avait aidé à accoucher ne lui avait pas demandé son avis sinon le nombre de Claire aurait bizarrement augmenté dans la région." lol
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://oror07gallery.skyblog.com
Azkadellia Elbereth
Proud Supporter of Pairecest ...


Nombre de messages : 330
Localisation : Au Pays de Candy.....♥ Comme dant tous les pays...
Date d'inscription : 21/08/2007

About me
Prenom: La curiosité est un vilain défaut
J'm: Gégé & Stu...
J'm pas: Face de rat*2 et Caitlin!!!

MessageSujet: Re: Cette gêne que causent les gènes [Finie] /!\ Pairecest/!\   Lun 24 Sep - 21:08

Naaaaaaaaaaaaaaaaaaaaan la dame blanche c'est pas Claire!!! Je suis pas si prévisible que ça quand même!!! lol! Jusqu'à présent, aucun de ceux qui ont lu la fuic n'a trouvé qui elle était ... Rolling Eyes

Et pour les prénoms, bah il l'a dans la peau, c'est pas sa faute, pauvre Peter...

_________________

"Peter Petrelli is the only person I know that I can trust. He cares about me"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fly'
Heroes & Paire Addict - milo & Hayden fan - Yattaa Powaaa


Nombre de messages : 104
Date d'inscription : 21/08/2007

About me
Prenom: Secret
J'm: Heroes
J'm pas: ...

MessageSujet: Re: Cette gêne que causent les gènes [Finie] /!\ Pairecest/!\   Lun 24 Sep - 21:22

ah mais tu peux pas nous laisser là, c'est interdit [ loi n°12-34.56]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kazy
HaL♂ F♀ReVeR !!!


Nombre de messages : 173
Age : 27
Date d'inscription : 13/09/2007

About me
Prenom: Aurore
J'm: les séries , faire des créas ..
J'm pas: euh ...

MessageSujet: Re: Cette gêne que causent les gènes [Finie] /!\ Pairecest/!\   Lun 24 Sep - 21:44

Fly' a écrit:
ah mais tu peux pas nous laisser là, c'est interdit [ loi n°12-34.56]

Toute a fait d'accord avec Fly' !!! C'est interdit ... On veut la suite !! mdr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://oror07gallery.skyblog.com
Azkadellia Elbereth
Proud Supporter of Pairecest ...


Nombre de messages : 330
Localisation : Au Pays de Candy.....♥ Comme dant tous les pays...
Date d'inscription : 21/08/2007

About me
Prenom: La curiosité est un vilain défaut
J'm: Gégé & Stu...
J'm pas: Face de rat*2 et Caitlin!!!

MessageSujet: Re: Cette gêne que causent les gènes [Finie] /!\ Pairecest/!\   Mar 25 Sep - 19:02

Oula, je veux pas d'ennui avec la loi moi, voilà la suite lol!

Peter fronça les sourcils se demandant qui pouvait être cette femme. Sans doute un membre d’une association humanitaire, il commençait à avoir une réputation dans la région et à plusieurs reprise, des organisations lui avait proposé de les rejoindre mais il préférait être seul.
Tout en suivant Kouassi, il réfléchissait à la manière la plus polie de faire comprendre à cette femme qu’il n’avait pas l’intention de se joindre à elle. La principale raison étant qu’il n’avait pas envie que trop de personnes soit témoins lorsqu’il utilisait ses dons. En général, il le faisait le moins possible, mais parfois, il n’avait pas le choix. Les tribus locales y voyaient de la magie mais les membres d’association poseraient trop de questions.
La femme était en train de parler avec la doyenne du village, elle se tenait dos à Peter mais ce dernier hésita avant de continuer. La femme n’avait pas l’air d’appartenir à une quelconque œuvre humanitaire. Il pouvait voir, même de loin que ses habits faisaient tache dans le décor. Il avait une vue trés devellopée grace à un jeune homme qu'il avait croisé lors d'un séjour au Kenya, il avait apprécié ce don lors de ses longues traversée de zones arride, voir au loin de la civilisation était rassurant. La femme portait un tailleur pantalon bleu marine et des chaussures à talons. Elle était brune, ses cheveux mi longs étaient impeccablement coiffés. Décidément non, cette femme ne venait pas pour le recruter. Il ralentit l’allure sans même y prêter attention, il avait un mauvais pressentiment. Il pouvait encore faire demi tour, voire même carrément s'éclipser sans que personne ne puisse le retenir. Il n'avait pas encore fait son choix que la doyenne le montra du doigt et la fameuse femme se retourna vers lui.
Si Kouassi ne l'avait pas tenu fermement par la main il se serait arrêter net mais tirer par le jeune enfant, il continua de marcher jusqu'à être face à elle Il fit de son mieux pour cacher sa surprise mais n'y parvint pas, elle était vraiment la dernière personne qu'il s'attendait à voir ici. Le temps avait laissé quelques traces sur son joli visage, notemment de petites rides d'expression au coin de ses yeux mais dans l'ensemble, elle était la même que la dernière fois qu'il l'avait vu. C'était à l'hopital si ses souvenirs ne lui faisaient pas défaut. Cette fois là, elle l'avait surpris en marchant et voilà qu'aujourd'hui elle était là.

"Bonjour Heidi, la salua-t-il.
-Bonjour Peter, répondit-elle avec un sourire en coin. ça faisait longtemps qu'on ne s'était pas vu..."

Il ocha la tête, elle n'était pas venue jusqu'ici pour échanger des politesses avec lui et la surprise était en train de faire place à l'angoisse.

"Il est arrivé quelque chose à Nathan?
-Non, enfin rien de grave comparé à son frère qui explose un peu trop prés de lui puis s'en va comme un voleur...Enfin, il s'en est remis et commence à penser aux présidentielles mais je ne suis pas là pour Nathan..."

Les présidentielles? Il était impressionné et fier pour son frère, il ne se doutait pas que Nathan viserait la Maison Blanche aussi tôt. Il avait du revoir ses ambitions à la hausses, mais Peter ne pouvait qu'émettre des suppositions, en effet, quand on ne donne pas de nouvelles, on n'en reçoit pas non plus.

"Si ce n'est pas pour Nathan pourquoi es-tu ici?"

Il aurait pu avoir une réponse immédiate en fouillant dans les pensées de sa belle-soeur mais il se refusait de le faire. Depuis qu'il avait réussit à maitriser ce pouvoir, il s'en servait quasiment jamais, uniquement en dernier recours. Il répugnait à violer l'intimité des gens en lisant leurs pensées. Et puis il se doutait qu'Heidi allait finir par le lui dire, elle n'avait pas fait le voyage de New-York jusqu'au centre de l'Afrique pour sans rien lui annoncer de capital.

"Pour une personne que j'ai hait dès que j'ai su qui elle était et que maintenant j'aime beaucoup et qui souffre... A cause de toi."

Elle comptait faire durer l'attente encore longtemps? Parce que si c'était la cas, il avait mieux à faire. Des gens avaient besoin qu'on vienne les aider aux quatre coins de se pays et même s'il appréciait beaucoup de revoir un visage connu, il n'avait pas de temps à perdre. La sentence finit par tomber, elle était prévisible mais il avait tout fait pour ne pas la voir venir.

"Je suis là pour Claire."

Claire souffrait... A cause de lui. Cette nouvelle lui fit plus d'effet qu'un coup de poing dans le ventre. Il ne voulait pas qu'elle est quoi que ce soit de douleureux à supporter et encore moins en être la cause. Il était parti pour elle, parce qu'elle pensait que ça serait meiux pour eux deux qu'ils ne se voient plus. Si elle regrettait cette décision, il était prêt à faire rentrer aux Etats-Unis par le premier avion. Il était près à faire n'importe quoi pour elle. Un seul mot d'Heidi, un seul lui laissant croire que Claire voulait le voir et il renoncerait à tout ce qu'il avait entreprit ici. C'était égoïste de sa part, il en était conscient mais le plus important dans sa vie c'était Claire. Chaques gestes, chaques paroles était pour elle. Il s'était éloigné d'elle parce qu'elle le voulait, il reviendrait sans hésiter si elle le souhaitait.
Heidi l'observait en voyant le visage de Peter se décomposait, elle sut qu'elle avait visé juste. Elle avait dit le mot magique, celui grace auquel elle allait avoir toute l'attention de son beau-frère.

"Que lui arrive-t-il ? demanda-t-il, la gorge nouée."

Elle ménagea un nouveau temps d'attente, c'était sa manière à elle de le punir un peu pour ses quatre années d'absence.

"Elle va se marier."

Deuxième coup de poing pour Peter, beaucoup plus puissant que le premier. Claire, la femme qu'il aimait, la seule qu'il aimerait allait se marier... Il aurait préféré ne pas savoir, qu'Heidi ne vienne pas, qu'il puisse continuer à croire que Claire l'aimait encore malgré le temps passé loin l'un de l'autre. Mais non, elle l'avait oublié. Chaque jour, sa première pensée était pour elle et pourtant, elle, elle avait tourné la page. Quatre ans, ce temps qui lui parraissait parfois durer depuis une éternité lui sembla d'un coup trés court. En seulement 1461 jours, 35064 heures, 2103840 minutes, 126230400 secondes, elle l'avait oublié... Non, en moins que ça! Elle devait connaitre son futur mari depuis déjà longtemps...

"Je vois pas le rapport entre le fait qu'elle se marie et le fait qu'elle souffre par ma faute..."

Sa voix était faible, il aurait voulu afficher un certain détachement face à cette histoire mais c'était au dessus de ses forces.
Heidi sorti une enveloppe vert clair de son sac à main et la mit dans la main de Peter.

"Si tu ne vois pas, c'est que tu ne sais plus regarder. Je dois partir, je dois assister à un galla avec Nathan ce soir. A bientôt Peter."

Elle ne pouvait pas partir! Pas déjà, pas comme ça! Elle ne pouvait pas ruiner sa vie puis s'en aller comme si de rien était. Il avait encore plein de questions à lui poser, dès qu'il serait capable de penser à autre chose que Claire et la blessure que ça lui causer. Heidi était déjà en train de monter dans l'hélicoptère qui l'avait conduite ici, il ne saurait jamais...
Il baissa les yeux vers l'enveloppe qu'elle lui avait remise. Il l'ouvrit et regarda à l'intèrieur : un faire-part de mariage. C'était plus qu'il ne pouvait en supporter. Il laissa l'enveloppe tomber sur le sol de sable et partit dans la direction opposée. Il était abbatu, marchait lentement, la tête baissée, ne trouvant pas le courage de se redresser. Et dire qu'il avait cru qu'elle voulait le revoir. Il quitta le village, sans un mot, sans un regard pour qui que se soit. Peter était devenu un automate. Il continuerait à aider les gens, la souffrance des autres lui ferrait peut-être oublier la sienne.

Kouassi, une fois les deux blancs partis, ramassa l'enveloppe. Il la trouva jolie et l'emporta dans sa hutte avant de la ranger dans sa petite boite à trésors, au milieu de pierre, morceaux de plastiques et quelques fleurs séchées.

Heidi regardait les paysages de l'Afrique défilaient sous elle. Elle espérait que son stratagème marcherait, c'est tout ce qu'elle pouvait faire pour Claire.
Claire, comme elle avait pu la détester en apprennant qui elle était. Elle avait été rassurée en apprenant que son père adoptif tenait à ce qu'elle ne soit pas en contact avec eux. C'était sans compter sur la tenacité de la jeune fille. Elle avait réussit à faire en sorte de pouvoir voir ses deux familles autant que faire ce peut. Et plus Heidi apprenait à la connaitre, plus elle l'apréciait, elle ne pouvait pas en vouloir à Claire d'être venue au monde. La pillule avait était dure à avaler mais elle avait finit par s'y faire et avait même pardonner à Nathan.
Et plus que tout, Heidi, sans avoir un quelconque pouvoir extraordinaire, avait comprit ce qui n'était pas dit. Elle avait comprit le départ précipité de Peter et l'envie de Claire de rester en relation avec son père biologique. Elle avait su lire entre les lignes des histoires qu'on lui racontait.
Peter et Claire avait encore des choses à se dire, des blessures à refermer et c'est pour ça qu'elle avait remuer ciel et terre pour le retrouver. Il finirait par revenir... Du moins, elle croisait les doigts pour ça. Elle avait fait ce qu'elle pouvait, adaptant son comportement pour faire réagir Peter. Elle savait qu'il fuirait d'abord, mais tôt ou tard, il reviendrait... Elle priait pour que ça ne soit pas trop tard...


Note 1 ~> Et oui, j'aime beaucoup Heidi même si on la voit pas beaucoup
Note 2 ~> On ne tue pas l'auteur, sinon pas de suite

_________________

"Peter Petrelli is the only person I know that I can trust. He cares about me"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fly'
Heroes & Paire Addict - milo & Hayden fan - Yattaa Powaaa


Nombre de messages : 104
Date d'inscription : 21/08/2007

About me
Prenom: Secret
J'm: Heroes
J'm pas: ...

MessageSujet: Re: Cette gêne que causent les gènes [Finie] /!\ Pairecest/!\   Mar 25 Sep - 19:51

note >> comme tu le sens
note 2 >> on peut le torturer pour la suite confused tongue Laughing Sadik?

j'adore
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pix.me.up
•Webmiss•Halo makes a Perfect Paire•


Nombre de messages : 750
Age : 27
Localisation : Lausanne Suisse
Date d'inscription : 15/08/2007

About me
Prenom: Lydie
J'm: Heroes (surtout^^lol) le Graphisme, le Net, le Ciné, et les Séries TV
J'm pas: NE RIEN FAIRE ^^

MessageSujet: Re: Cette gêne que causent les gènes [Finie] /!\ Pairecest/!\   Mer 26 Sep - 13:03

ya une suite ou pas??? loooool

_________________

*

*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pix-me-up.skyblog.com
Azkadellia Elbereth
Proud Supporter of Pairecest ...


Nombre de messages : 330
Localisation : Au Pays de Candy.....♥ Comme dant tous les pays...
Date d'inscription : 21/08/2007

About me
Prenom: La curiosité est un vilain défaut
J'm: Gégé & Stu...
J'm pas: Face de rat*2 et Caitlin!!!

MessageSujet: Re: Cette gêne que causent les gènes [Finie] /!\ Pairecest/!\   Mer 26 Sep - 22:02

Naaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaan on me torture pas! Et voui y'a une suite mais z'ai pas envie de la mettre....

*Se souviens qu'il a été question de torture un peu plus haut...*

Ok, ok, ze la mets...

Il errait au hasard dans ce désert sans fin. Il n’avait pas de but particulier, il voulait juste oublier ce qu’il venait d’apprendre. Comment quelques petits mots peuvent-ils anéantir un homme au point qu’il renonce tout simplement de lutter ? Lutter pour lui, lutter pour les autres. Plus rien n’avait d’importance, plus rien ne le touchait. Il ne ressentait plus rien, ni la chaleur du soleil sur sa peau, ni le sable qui volait autour de lui. Il avait froid, il était vide. Ce qui l’entourait glissait sur lui telles les gouttes de pluie le long des fenêtres, sans jamais entrer.
La nuit avait déjà fait la moitié de sa couse quand il stoppa sa marche. Immobile, perdu au milieu du désert, la seule chose à laquelle il pensait était que Claire aller se marier. Il n’avait tenu ces quatre dernières années qu’en se raccrochant à leur dernière entrevue, aux paroles échangés qu’il avait pris pour des preuves d’amour. Ce n’était que du vent, rien de plus, sinon elle ne serait pas déjà prête à unir sa vie à un autre. Le fait que se soit impossible entre eux n’était pas une raison suffisante pour tourner la page aussi rapidement. Lui avait pensé à elle chaque jour qu’il avait plu à Dieu de faire naître sur cette terre, rouvrant une blessure qu’il se refusait de laisser cicatriser. Il n’était plus qu’un puis sans fond dans lequel s’engouffrait une infinie souffrance.
Il s’allongea à même le sable, il renonçait. Le pouvoir de Claire ne soigne pas toutes les blessures, celle qu’il avait au cœur ne pourrait jamais guérir.

*****


Claire raccrocha le téléphone puis reporta son attention sur l’écran de son ordinateur. Toute la journée, le réseau informatique de son travail avait eu des problèmes et à cause de ça, elle avait pris beaucoup de retard. Elle avait encore plein de chose à informatiser avant de rentrer chez elle si elle ne voulait pas être dépasser le lendemain. Elle devait finir les bons de commandes ce soir et réceptionner les premiers arrivages demain, sans quoi, son patron n’aurait pas tout ce dont il avait besoin pour la semaine prochaine.
De sa main droite, elle se massa un peu la nuque et de la gauche, elle saisit le premier bon de commande. Elle commença à taper mais son PC n’allait pas assez vite. Si ça continuait comme ça, elle allait devoir y passer la nuit. Pendant que s’enregistrait l’envoi, elle regarda le calendrier posé sur son bureau. Dans moins d’une semaine, elle serait mariée. Elle préférait ne pas y penser, ça la ferait pleurer et ce n’était pas le moment pour ça. Elle était sur le point de commencer le deuxième bon de commande quand un petit homme ventripotent et chauve entra dans son bureau.

« Tiens, vous êtes encore là Claire ? »

Elle lui sourit mais ne répondit pas à sa question qui n’en était pas vraiment une, il voyait bien qu’elle était là.
Claire trouvait que M Lorenzi était le patron le plus adorable de la terre. Il était d’origine italienne, avait toujours le sourire aux lèvres et avait une attitude très paternaliste avec ses employés.

« Ce n’est pas ce soir que vous aviez rendez-vous pour les derniers réglages de la salle de mariage ? demanda-t-il.
-Non, c’est mardi… »

Tout en parlant, elle continuait d’avancer dans son travail.

« Oh, c’est bien… Vous savez que c’est aujourd’hui mardi ? »

Les yeux de Claire allèrent de son ordinateur à son patron puis de son patron à la pendule murale : 17h45. Elle devait rejoindre son futur mari de l’autre coté de la ville à 18h… Elle allait être en retard.

« C’est pas vrai ! » pesta-telle.

Elle entreprit de ranger rapidement ses affaires mais M Lorenzi l’arrêta.

« Laissez ça, je m’en occupe. Filez ! »

Elle le remercia chaleureusement, attrapa son sac et parti en courant oubliant sa veste. Heureusement que la température était clémente en cette fin du mois de mai. Son patron la regarda partir attendri. Il la trouvait très tête en l’air depuis qu’elle avait reçue la demande en mariage de son petit ami. Il eut un petit rire en se disant que toutes les femmes voulaient trop que leur mariage soit parfait et elles en perdaient leurs moyens. Il aurait était choqué s’il avait su les véritables raisons du comportement de sa secrétaire.

Claire était prise dans les embouteillages. Il était 18h passé et elle n’avait pas fait la moitié du trajet. Le pouvoir de Hiro lui aurait bien était utile en cet instant… Hiro, penser à lui la ramena à ce qui c’était passer le soir où Peter avait explosé.
Le jeune japonais était réapparu au bout de cinq mois. Durant ce temps, il avait appris à manier l’épée comme un vrai samouraï mais ça ne lui était plus d’une grande utilité maintenant que Sylar n’était plus une menace. Toutes les personnes avaient gardé de solides liens, les épreuves rapprochent les gens. Certes, Claire avait eu du mal à les revoir mais sa ténacité avait était plus forte que les efforts de son père pour le tenir loin de sa famille biologique et des autres. Tout était plus simple aujourd’hui, ils se revoyaient souvent. Hormis Peter bien sur. Mauvais plan, ce n’était pas le bon jour pour penser à lui… Aucun jour n’était bon, il était parti. Dire que c’était pour lui qu’elle avait fait de pieds et des mains pour revoir les Petrelli ! Elle s’en voudrait toujours de lui avoir dit ne jamais vouloir le revoir.
A force de penser à passé, elle ne fit plus attention au présent. La voiture devant elle freina et elle lui rentra dedans. Là, elle allait vraiment être en retard. Le conducteur de la voiture emboutie sortit de son véhicule pour jauger les dégâts et elle fit de même. Ils roulaient au ralenti à cause des embouteillages, l’accident n’avait pas l’air très grave et les deux voitures étaient en état de rouler. Comme elle n’avait pas le temps de faire un constat, Claire donna son numéro de téléphone à l’autre conducteur et reprit la route. Elle arriva à destination avec une bonne demi-heure de retard. Elle fut accueillie par cinq paires d’yeux pleines de reproches. Son futur mari, ses parents biologiques et adoptifs était là. Heidi aussi mais elle ne semblait pas gênée d’avoir du poireauter pendant plus de trente minutes.

« Désolée, on a eu un problème au travail, tenta-t-elle de se justifier.
-Tu exagères ! lui reprocha Nathan. Tu es dans la même ville et tu arrives en retard, Heidi était en Afrique et pourtant, elle était là à l’heure elle. »

Il n’était pas d’un naturel patient et cette attente avait mis ses nerfs à vif. Elle baissa la tête comme honteuse et ils purent ensuite s’occuper des derniers réglages de la salle où devait se dérouler la cérémonie.
Stephen, le futur marié vient à coté de la jeune femme et la prit par la taille. Il était très possessif et faisait toujours en sorte que tout le monde sache que Claire était à lui et elle le laissait faire. Il était trop fier de la posséder pour se rendre qu’elle ne l’aimait pas alors elle acceptait qu’il la considère comme un trophée. Elle n’avait pas spécialement envie de se marier mais au moins, une fois qu’elle le serait, elle n’aurait plus qu’un seul homme à supporter, une bague doigt lui assurer une certaine tranquillité non négligeable. Elle avait de la chance qu’il soit centré sur lui-même, comme ça elle pouvait continuer à aimer Peter sans que personne ne se doute de rien.
Elle écoutait les conversations d’une oreille distraite. C’était un mariage, à part du blanc et des fleurs, il n’y avait pas beaucoup de variantes. Ils étaient déjà cinq à vouloir s’occuper de tout, ils n’avaient besoin qu’elle rajoute son avis aux leurs. A vrai dire, elle s’ennuyait plus qu’autre chose.
Elle profita que Stephen était en grande conversation avec Nathan et Noah pour discuter un peu avec Heidi, la seule qui ne semblait pas obsédée par ce mariage.

« Qu’est-ce que tu faisais en Afrique ? demanda-t-elle par curiosité.
- Rien d’intéressant, dit-elle en souriant. Il parait que ça sera bon pour l’image de Nathan pour les présidentielles si sa femme fait de l’humanitaire. Je me trompe où tu en as marre d’être là ? »

Claire fut surprise que la femme ait lu aussi facilement en elle.

« C’est vrai, avoua-t-elle. Regarde les, je sers à rien, ils me demandent même pas mon avis. Heureusement que les parents de Stephen ne sont pas là, déjà qu’ils ne sont pas capables de se mettre d’accord, qu’est-ce que ça serait avec deux de plus… »

Les parents de Stephen devaient arriver la veille de la cérémonie, ils vivaient loin de New-York et ne voulait pas quitter leur maison très longtemps.
Ils finirent enfin par être tous d’accord et ils se séparèrent tous, chacun rentrant chez lui. Claire et Stephen prirent chacun leur voitures et se suivirent. Elle aurait voulu que le temps s’arrête, que ce mariage n’arrive jamais. Il était trop tard pour faire marche arrière et ça n’aurait servi à rien maintenant. Ce n’est pas comme si elle avait une chance que Peter revienne… Et là encore, il ne pourrait jamais rien se passer.

A suivre...

_________________

"Peter Petrelli is the only person I know that I can trust. He cares about me"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pix.me.up
•Webmiss•Halo makes a Perfect Paire•


Nombre de messages : 750
Age : 27
Localisation : Lausanne Suisse
Date d'inscription : 15/08/2007

About me
Prenom: Lydie
J'm: Heroes (surtout^^lol) le Graphisme, le Net, le Ciné, et les Séries TV
J'm pas: NE RIEN FAIRE ^^

MessageSujet: Re: Cette gêne que causent les gènes [Finie] /!\ Pairecest/!\   Mer 26 Sep - 22:09

J'espère que sa sera une belle fin!!! parce que ton histoire et trop bien!

J'ai hate de lire sa ce soir ^^ hum hum ^^

_________________

*

*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pix-me-up.skyblog.com
Azkadellia Elbereth
Proud Supporter of Pairecest ...


Nombre de messages : 330
Localisation : Au Pays de Candy.....♥ Comme dant tous les pays...
Date d'inscription : 21/08/2007

About me
Prenom: La curiosité est un vilain défaut
J'm: Gégé & Stu...
J'm pas: Face de rat*2 et Caitlin!!!

MessageSujet: Re: Cette gêne que causent les gènes [Finie] /!\ Pairecest/!\   Mer 26 Sep - 22:10

Si tu veux la fin ce soir, t'es mal barrée, lol y'a encore au moins une dizaine de chapitre si je ne me trompe pas...

Et la fin... Disons qu'elle a été sauvé par deux lecteurs assidus, mais je n'en dis pas plus Rolling Eyes

_________________

"Peter Petrelli is the only person I know that I can trust. He cares about me"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pix.me.up
•Webmiss•Halo makes a Perfect Paire•


Nombre de messages : 750
Age : 27
Localisation : Lausanne Suisse
Date d'inscription : 15/08/2007

About me
Prenom: Lydie
J'm: Heroes (surtout^^lol) le Graphisme, le Net, le Ciné, et les Séries TV
J'm pas: NE RIEN FAIRE ^^

MessageSujet: Re: Cette gêne que causent les gènes [Finie] /!\ Pairecest/!\   Jeu 27 Sep - 17:14

LoL non non prend ton temps ^^ mais c'est toi qui a écrit sa??

_________________

*

*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pix-me-up.skyblog.com
Azkadellia Elbereth
Proud Supporter of Pairecest ...


Nombre de messages : 330
Localisation : Au Pays de Candy.....♥ Comme dant tous les pays...
Date d'inscription : 21/08/2007

About me
Prenom: La curiosité est un vilain défaut
J'm: Gégé & Stu...
J'm pas: Face de rat*2 et Caitlin!!!

MessageSujet: Re: Cette gêne que causent les gènes [Finie] /!\ Pairecest/!\   Jeu 27 Sep - 20:33

nah voui, c'est moi qui l'ai écrite, lol, je poste pas des fics qui sont pas de moi...

Si je dis que la suite a été sauvée par deux lecteurs assidus, c'est que j'ai posté cette fic au fur et à mesure que je l'écrivais sur mon fofo et elle devait mal finir mais deux membres m'en poussé à changer ça... Rolling Eyes

Et rien que parce que c'est mon jour de bonté, une pitite suite :

Marie avait toujours était admirée dans son village. Métisse d'un homme originaire du village et d'une française, sa peau a la couleur miel avait fait bien des envieux mais il n'y avait pas que ça. Elle possédait un don, une bénédiction qui l'avait portée au rang de sorcière dans son village. Tous l'aimaient et la respectaient bien qu'elle est à peine vingt ans. Par tradition, une fois tous les trois moi, elle devait faire une retraite dans le désert pour entrer en communion avec les esprits. Ils ne se manifestaient jamais, si c'était eux qui lui avait fait cadeau de son pouvoir, ils devaient considérer cela comme suffisant et n'avait pas envie de lui parlait. Grace à sa mère, elle avait acquis un sens critique et doutait de l'existence des esprits mais elle se pliait aux traditions pour que tous soient plus tranquilles. Si elle avait refusé, les habitants auraient été terrifiés à l'idée que son crime de lèse-divinités leur apporte le mauvais œil. Ces retraites n'avaient pas que des inconvénients, à défaut des esprits, elle croisait parfois des gens avec qui elle pouvait parler, ils lui faisaient partager leur connaissance du monde et elle en revenait enrichie à son village. Là où les autres voyaient une manifestation divine, il n'y avait que le hasard des rencontres avec des touristes où des gens travaillant dans l'humanitaire.
Une nuit au court d'une énième retraite, elle eut du mal à trouver le sommeil et décida d'aller marcher un peu. Un pas en entrainant un autre, elle se retrouva bien plus loin qu'elle ne comptait aller. C'est alors qu'une scène des plus insolites se déroula sous ses yeux. Un homme, blanc d'après ce qu'elle pouvait en voir à la seule leur de la lune et des étoiles, resta immobile quelques temps puis s'allongea sur le sable. Comme ça, directement, sans même monté de bivouac ou ne serait-ce qu'une simple tente. Elle se mit à courir dans sa direction, ce n'était pas une tache facile, elle devait descendre la dune en faisaient attention de ne pas se tordre une cheville. Arrivée auprès de lui, elle s'agenouilla, il ne bougeait pas, elle devait faire vite si elle ne voulait pas qu'il meure.
Maire hésita sur la conduite à tenir, elle avait le pouvoir de sauver cet homme mais elle avait promis à tout le monde de ne jamais utiliser son don en dehors du village, ça aurait été prendre le risque de voir débarquer plein de personnes qui chercheraient à exploiter sa capacité. Elle ne pouvait pourtant pas se résoudre à le regarder mourir sans au moins tenter quelque chose. Doucement, après avoir demandé pardon pour ne pas respecter sa promesse, elle fit jaillir de l'eau de ses mains. Un léger filet, juste de quoi faire boire l'étranger. Il toussa un peu puis revient à lui. Il ne réagit même pas en la voyant, il se demanda d'abord ce qu'il faisait là puis tout lui revint. La douleur se réveilla. Pourquoi l'avait-elle réveillé! Il voulait dormir! Il voulait mourir! Il détailla celle qui l’avait obligé à revenir dans le monde des vivants. Elle était jeune, a peut près l’âge de Claire selon lui. Tout le ramener toujours à elle. La jeune femme semblait inquiète, il lui fit un sourire rassurant et la remercia puis se releva pour reprendre la route, il irait plus loin, en espérant ne rencontrer personne d’autre qui veuille jouer les héros. Elle le regarder partir sans rien faire, elle ne comprenait pas à quoi jouer cet homme mais elle avait son devoir et avait la conscience tranquille, s’il tenait à mettre sa vie en danger, ça ne la concernait plus. Elle regagna son bivouac, demain elle rentrerait à son village et d’ici quelques jours, l’étranger ne serait plus qu’un simple souvenir dont elle se demanderait s’il n’était pas un rêve.

Nouvelle confrontation avec le désert, nouvelle marche aride. Ça ne pouvait pas durer indéfiniment. Il devait prendre une résolution… L’oublier ? Il en était bien incapable. Il était à un moment crucial de sa vie. Ce genre de moment où un choix peut changer tout un futur. Il pesa le pour et le contre, qu’est-ce qu’il avait à perdre ?
Il lui revint en mémoire une phrase que disait souvent son père. Quand il était enfant, Peter avait tendance à abandonner le combat contre Nathan, persuadé de ne pas être à la hauteur. Alors son père le prenait à pas et lui disait : « Celui qui combat peut perdre, celui que ne combat pas a déjà perdu. » Il reprit espoir. Il n’avait pas encore perdu Claire ! Pas tan qu’il ne renoncerait pas. Il devait savoir quand aurait lieu ce mariage et faire en sorte de l’empêcher ! Maintenant qu’il avait pris sa décision, il devait agir vite ! Sinon, il allait encore réfléchir et douter.
En moins de temps qu’il n’en faut pour l’écrire, grâce au pouvoir d’Hiro, il était de retour dans le village où Heidi l’avait trouvé. Bien sur, la lettre avait disparue, mais il se doutait que quelqu’un l’avait ramassée. Il n’y avait pas assez de vent pour qu’elle se soit envolé et ici, personne ne jetait rien pour eux qui n’avait pas grand-chose, tout avait de la valeur. Il faisait encore nuit, il allait devoir attendre que le soleil se lève pour que le village reprenne vie. Il patienterait, il savait où il allait, il n’avait plus de doutes à avoir. Il saurait la date de ce mariage et il ferait tout ce qui était en son pouvoir pour qu’il n’est pas lieu. C’était égoïste de sa part mais il ne pouvait imaginer qu’elle soit passée à autre chose aussi vite. Orgueil mal placé peut être, on ne choisit pas qui on aime, pas plus qu’on ne peut faire une croix sur un amour. Si c’était le cas, il saurait qu’il n’avait aimé que l’ombre d’un sentiment.
Il s’assit sur le rebord d’un puits qui avait été creusé très profond mais qui malheureusement ne fournissait pas beaucoup d’eau. Il réalisa alors qu’il avait soif. A peine cette constatation se fut-elle imposée à son esprit, qu’il sentit de l’eau couler le long de ses mains. Non, pas le long, l’eau coulait directement de ses mains. Sur le coup, il se demanda où est-ce qu’il avait bien pu attraper ce pouvoir puis son étrange rencontre avec la jeune femme qui l’avait réveillé remonta à son esprit. En y repensant, il avait sentit de l’eau dans sa gorge et n’avait pas réalisé sur le coup qu’elle n’avait rien sur elle qui puisse servir de récipient. Il n’était pas à un pouvoir prés, il s’occuperait de ça plus tard… Quand il aurait réglé son principal problème.
Peu à peu, les bruits de la nuit s’éteignirent. Le soleil se leva lentement pendant que la vie reprenait ses droits dans le village. La première à le voir fut la doyenne, elle fut surprise mais heureuse de le revoir, un homme avec de telles connaissances était précieux et s’il voulait rester, ce n’est certainement pas elle qui le chasserait.

« Tu es donc revenu jeune docteur blanc… Pourquoi ? »

Elle n’était pas stupide, il était trop déterminé à partir pour être revenu sans une raison valable.

« J’ai oublié quelque chose… »

Elle fut déçue, si c’était juste un oubli, il n’allait pas s’attarder bien longtemps. Dommage. Peter s’en rendit compte mais ne pouvait rien y faire, il la questionna pour savoir si elle pouvait l’aider à retrouver son bien.

« J’ai laissé tomber une enveloppe vert clair en partant, tu as une idée de qui pourrait l’avoir ? »

La veille femme fronça les sourcils et réfléchit. Une enveloppe ? Le docteur blanc avait-il prit un coup sur la tête ? Revenir ici pour un bout de papier, quelle drôle d’idée.

« Je ne sais pas, demande à Kouassi, tu sais qu’il ramasse tout et n’importe quoi.. »

Elle se détourna de lui pour aller vaquer à ses occupations alors que Peter se demandait comment il avait fait pour ne pas penser lui-même au petit garçon. Kouassi était avec lui quand il avait laissé tomber l’enveloppe et il avait une boite à trésor où il entassait des objets hétéroclites. Il se souvenait avec quelle fierté il la lui avait montré quelques jours après son arrivée. Peter lui laisserait, il voulait juste voir à quelle date aurait lui ce maudit mariage, il ne tenait pas du tout à garder le faire part en souvenir…
Il eut beaucoup de mal à convaincre Kouassi de lui confier l’enveloppe juste quelques minutes mais il finit par y arriver en lui donnant une veille boussole qu’il gardait dans son sac bien qu’elle ne marche plus très bien.
Le faire-part était simple mais joli, sur le devant, se dessinait un couple enlacé, il l’ouvrit et vit un petit papier plié en deux, écrit pas Heidi, sur lequel se trouvait l’adresse actuelle de Claire. Ainsi il apprit qu’elle vivait désormais à New York. Le mariage devait avoir lieu à la fin de la semaine, ça lui laissait juste le temps de rentrer. Il prendrait l’avion, ne voulant pas apparaître n’importe où dans New York et ne voulant non plus voir personne d’autre que Claire, du moins, pas de suite. Sans compter que ça lui donnerait en plus le temps de se calmer, s’il voyait à cet instant le futur mari de Claire, il se sentait capable de lui faire passer un sale quart d’heure.
Cinq minutes plus tard, Kouassi avait récupéré son bien, une heure plus tard, Peter était à l’aéroport le plus proche, dix-huit heures plus tard, il s’envolait vers New-York.

_________________

"Peter Petrelli is the only person I know that I can trust. He cares about me"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pix.me.up
•Webmiss•Halo makes a Perfect Paire•


Nombre de messages : 750
Age : 27
Localisation : Lausanne Suisse
Date d'inscription : 15/08/2007

About me
Prenom: Lydie
J'm: Heroes (surtout^^lol) le Graphisme, le Net, le Ciné, et les Séries TV
J'm pas: NE RIEN FAIRE ^^

MessageSujet: Re: Cette gêne que causent les gènes [Finie] /!\ Pairecest/!\   Jeu 27 Sep - 21:38

HiHi!!! Merciiii!

_________________

*

*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pix-me-up.skyblog.com
Fly'
Heroes & Paire Addict - milo & Hayden fan - Yattaa Powaaa


Nombre de messages : 104
Date d'inscription : 21/08/2007

About me
Prenom: Secret
J'm: Heroes
J'm pas: ...

MessageSujet: Re: Cette gêne que causent les gènes [Finie] /!\ Pairecest/!\   Ven 28 Sep - 19:48

mais là, c'est du sadisme chere auteur! Il nous faut la suite [surtout qu'elle est ecrite]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azkadellia Elbereth
Proud Supporter of Pairecest ...


Nombre de messages : 330
Localisation : Au Pays de Candy.....♥ Comme dant tous les pays...
Date d'inscription : 21/08/2007

About me
Prenom: La curiosité est un vilain défaut
J'm: Gégé & Stu...
J'm pas: Face de rat*2 et Caitlin!!!

MessageSujet: Re: Cette gêne que causent les gènes [Finie] /!\ Pairecest/!\   Ven 28 Sep - 20:43

Moi sadique?????? Euh voui, sans doute un peu sur les bords... Rolling Eyes

Claire et Stephen étaient en train de se disputer, pas vraiment idéal pour une veille de mariage. Elle en était la cause mais il le fallait. Aujourd'hui, elle était libre pour la dernière fois, elle voulait en profiter et il ne l'en empêcherait pas au moins de la ligoter pour qu'elle ne puisse pas bouger. Bien que s'il faisait ça, il compromettrait sérieusement leur mariage.

"Claire! On se marie demain, tu peux ne pas aller bosser! Lorenzi est une ordure! Et en plus il est invité, il pourrait faire un effort!
-Calme toi, l'apaisa Claire. J'ai prit du retard, il est normal que je le rattrape. On va passer le reste de notre vie ensemble, ce n’est pas un drame si aujourd'hui, on ne se voit pas.
-On se verra ce soir et...
-Non! Le coupa-t-elle. Ce soir, tu vas à la fête que t'on prévu tes amis!
-Ben non. Je veux rester avec toi."

La jeune femme du faire un effort pour ne pas lui mettre une claque. Il ne voyait donc pas qu'elle ne voulait pas de lui jusqu'à demain! Jusqu'à ce qu'elle n'est pas le choix. Elle aurait bien aimé qu'on lui rappelle pourquoi elle avait dit oui, elle commençait sérieusement à le regretter.

"Tes amis t'ont organisé une fête, tu vas y aller, c'est indécent d'annuler au dernier moment! Je finirais tard, vaut mieux pour toi que tu ne sois pas là quand je rentrerais."

Sa voix était posée et calme mais Stephen comprit qu'il n'avait pas intérêt de la contredire s'il ne voulait pas se retrouver seul devant l'hôtel demain. Quand elle quitta leur appartement, elle était sereine en apparence et intérieurement, prête à commettre un meurtre. Elle allait manquer de patience aujourd'hui, quiconque se frotterait à elle y laisserait des plumes.

Elle prit place dans sa voiture, la radio s’enclencha automatiquement quand elle mit le contact et une veille chanson de rock raisonna dans l’habitacle. Elle poussa le volume à son maximum et laissa la musique l'envahir. Elle passa la première et s'éloigna de son appartement, de son futur mari, de cette vie dont elle ne voulait pas. Elle s'était engagée, plus que jamais, il lui était impossible de faire demi-tour. Dans une autre vie, Peter n'aurait pas été son oncle et Stephen juste son meilleur ami... Dans le fond, elle tenait beaucoup à lui mais on ne pouvait pas réellement parler d'amour au sens strict du terme. Malgré son égocentrisme aigu, Stephen pouvait être quelqu'un de bien et elle devait bien admettre qu'elle se sentait bien avec lui. Ces derniers temps c'était un peu tendu, le mariage pesait sur eux mais une fois que le stress serait passé, tout irait bien, la vie serait à nouveau normale.
Tout en chantonnant en même temps que la radio, elle passa devant son travail sans s’y arrêter. Elle avait menti, elle n’en était pas fière mais ne le regrettait pas. Si Stephen était assez idiot pour croire qu’un homme comme M Lorenzi allait la faire travailler la veille de son mariage c’était son problème, pas le sien.
Elle se gara dans un parking du centre ville et fit les boutiques toutes la matinée. A midi, elle avait rendez-vous avez une amie qu’elle avait connu en venant s’installer à New-York. Elle aurait mieux fait de rester seule, s’entendre dire pendant une heure à quel point elle avait de la chance de se marier était insupportable. Elle mit fin à l’entrevue aussitôt que possible. Avant de quitter le restaurant, elle fit un détour par les toilettes. Alors qu’elle se lavait les mains, elle remarqua que le bord d’un des miroirs était cassé. Elle passa sa main sur le tranchant du verre et regarda quelques gouttes de sang couler sur le marbre de l'évier avant que les chairs ne se cicatrisent rapidement. Elle se rappela avec une certaine nostalgie ses années lycée, avec Zach, quand elle faisait volontairement le saut de l'ange pour se prouver qu'elle était résistait vraiment à tout. Elle ne pouvait plus se le permettre dorénavant, Stephen ignorait tout de ses capacités. Elle n'avait jamais trouvé le bon moment pour le lui dire et après demain, il serait trop tard, autant garder le secret, ça n'en faisait qu'un de plus. Si seulement elle avait pu s'endormir maintenant et se réveille une fois le mariage passé elle l'aurait fait. Elle s'entailla une nouvelle fois le doigt avant de quitter l'endroit.
Elle marcha un temps au hasard des rues et arriva devant un petit cinéma de quartier qui ne diffusait que des vieux films. La prochaine séance était dans 25 minutes, elle paya sa place et alla s'enfermé dans la pièce noire. Voir des gens tenté de régler leurs problèmes lui fit oublier les siens. Il était à peine seize heure quand le film finit alors elle enchaina sur un autre. Elle ne voulait pas rentrer chez elle avant que Stephen ne s'en aille, elle ne voulait pas le voir... Pas ce soir.

*****


Peter avait du mal à se réadapter à la vie urbaine. Le bruit, la pollution, les gens qui courent dans tous les sens sans s’adresser ne serait-ce qu’un regard. Plutôt que de se mêler à la jungle humaine, il restait enfermé dans sa chambre d’hôtel. Il savait ce qu’il voulait faire mais il ignorait comment arriver à ses fins. Il avait bien songé débarqué en plein milieu de la cérémonie mais à bien y réfléchir ce n’était pas une si bonne idée. Il y’aurait du monde et jamais il n’était même pas sure que Claire renonce à son mariage juste parce qu’il viendrait et lui demande de ne pas le faire… Surtout devant une assemblée d’invités. Sans compter qu’au moins une partie de ses personnes sauraient qu’il était son oncle. Ce plan avait donc était mis de coté. Mais voilà, il n’en avait pas de rechange…
Il alluma la télé, ça faisait longtemps qu’il n’avait pas eu l’occasion de la regarder. Aucun programme n’arriva à retenir son attention. Il zappait d’une chaine à l’autre l’esprit vagabondant. Il avait perdu beaucoup de temps, repoussant l’échancre autant qu’il le pouvait. C’est pourquoi il devait faire vite ! Demain il serait trop tard, il devait agir dès ce soir.
Ces dernières années, sa garde robe c’était très réduite, il voulait faire bonne impression mais n’avait que des habits usés et adapté pour le désert. Rapide détour par la boutique de l’hôtel, ce n’était pas donné mais il n’avait pas fait beaucoup de dépenses depuis pas mal de temps, il pouvait se le permettre.
Bien rasé, bien habillé, le papier avec l’adresse de Claire dans sa main, Peter descendit dans la rue et héla un taxi. Trop anxieux pour parler, il donna le papier au chauffeur. Il y’allait à l’aveugle, ne sachant pas précisément ce qu’il comptait faire, il improviserait.

L’immeuble devant lequel on le déposa n’était pas très grand, assez ancien et un peu à l’écart du centre ville. De l’extérieur, il rappelait celui du père de Simone… Simone, elle aussi lui avait préférait un autre… Mais si sur le coup ça n’avait pas été agréable, c’était moins douloureux que ce qu’il vivait en ce moment. Il chassa bien vite ce passé qui venait le hantait pour être concentré dans le présent. Il regarda les noms qui étaient écrit à coté de la rangée de sonnettes, pas de Bennet. Pour autant qu’il s’en souvienne, le nom du fiancé de Claire était écrit sur le faire part mais il ne s’était pas attardé sur ce détail. Il ne voyait pas sur le coup quelles raisons il aurait eu de s’intéresser à un homme qu’il détestait sans le connaître. Il essaya une des sonnettes au hasard.

« C’est pourquoi ? demanda une voix masculine par l’interphone.
-Bonjour monsieur, je chercher Claire Ben…, commença Peter.
-Y’a pas de Claire ici. »

Fin de la communication.

« Sympa, merci, au plaisir de vous rencontrer… »

Voilà qu’il se mettait à parler seul au milieu de la rue, ça ne s’arrangeait pas. La deuxième et la troisième tentative ne reçurent pas de réponse, la quatrième, il tomba sur une veille femme qui apparemment ne comprenait pas tout ce qu’il lui disait. Cinquième essais.

« Bonjour, je cherche Claire Bennet est-ce qu’elle habite ici ?
-Vous êtes qui ? »

Intéressant, au moins il avait l’ai de savoir qui était Claire.

« Je suis… »

C’était toujours aussi difficile à dire.

« Je suis son oncle… »

Il avait parlé lentement comme si chaque mot prononcé lui écorchait la bouche.

« C’est cool, je vous ouvre, quatrième étage, appartement de droite. »

Et grésillement se fit attendre et la porte de l’immeuble s’ouvrit. Il la poussa et monta les escaliers jusqu’au quatrième. Il frappa trois coups secs à la porte de droite.
Un homme jeune et souriant lui ouvrit.

« Je vous en pris, entrez… Claire n’est pas encore rentrée mais bon, comme vous être de la famille… Au fait, moi c’est Stephen. »

Il tendit une main amicale vers Peter que ce dernier serra brièvement avant de se présenter.

« Peter, dit-il simplement.
-Ah oué, le frère de Nathan… Faut suivre avec la famille de Claire, entre les vrais et les adoptifs, j’avoue que je m’y perds… »

A suivre...

_________________

"Peter Petrelli is the only person I know that I can trust. He cares about me"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Cette gêne que causent les gènes [Finie] /!\ Pairecest/!\   Aujourd'hui à 0:45

Revenir en haut Aller en bas
 
Cette gêne que causent les gènes [Finie] /!\ Pairecest/!\
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Qu'allez vous faire pour mle Halloween de cette année ??
» Cette grandeur qu'était Rome (The Grandeur that was Rome)
» DANS QUEL DEPARTEMENT EST CETTE VILLE ?
» [Probleme] Youtube : "impossible de lire cette video"
» Un automne qui passe trop vite cette année...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum sur Paire et Halo :: Créations de fans :: FanFictions-
Sauter vers: